Centre Culturel Irlandais
Portail des collections

Hospice et charité

Hospice et charité

Les Lazaristes au Collège des Irlandais de 1870 à 1945

Portrait de Saint Vincent de Paul
Portrait de Saint Vincent de Paul

Simon François de Tours, 17e siècle

Wikimedia commons

Les actes de charité envers le prochain… seront toujours en vigueur parmi nous. Il n'y a gens au monde plus obligés à cela que nous sommes, ni de communauté qui doive être plus appliquée à l'exercice extérieur d'une charité cordiale.

Saint Vincent de Paul, conférence du 30 mai 1659

Vincent de Paul (1581-1660), grand saint de la charité, fit cette déclaration aux Lazaristes, les disciples de la Congrégation de la Mission qu'il fonda en 1625. Investis par les principes de leur fondateur, les Lazaristes ont toujours pratiqué la charité dans leurs institutions, maisons de mission, paroisses et hôpitaux. Mais la Congrégation remplissait également une mission éducative. Quand la Révolution française éclata en 1789, elle contrôlait les trois quarts des séminaires diocésains de France. Dissoute puis restaurée sous Napoléon Bonaparte, elle connut un nouvel essor au 19e siècle et prit en charge de nombreux établissements religieux, pédagogiques et caritatifs dont le Collège des Irlandais de Paris en 1858.

Carte des Collèges Irlandais
Carte des Collèges Irlandais

Les Collèges Irlandais : des lieux de formation

En 1873, un article du Monde affirmait : « L'établissement appelé à Paris le Collège Irlandais n'est qu'un grand séminaire ecclésiastique, le Saint-Sulpice des diocèses irlandais. » Le Collège appartenait alors à un groupe hétérogène d'institutions chargées de la formation du clergé irlandais en Europe - à Rome, Lisbonne et Salamanque notamment. Mais les Collèges Irlandais furent bien plus que des lieux d'éducation et de formation : certains eurent une profonde influence sur le développement du catholicisme en Irlande lors des crises économiques et sociales. D'autres exercèrent un rôle diplomatique en facilitant les échanges entre les pays où ils étaient établis.

Du 16e au 18e siècle, déferlèrent sur la France des vagues d'immigrants irlandais chassés par la guerre, la famine ou la maladie. Il en advint de même des ecclésiastiques irlandais venus étudier à Paris suite aux persécutions cromwelliennes du 16e siècle contre les catholiques.
Dès lors, l'éducation des Irlandais à l'étranger, bien souvent considérés comme indigents, ne put se faire que grâce aux dons de pieux bienfaiteurs... En 1578 le révérend John Lee, arrivé à Paris avec un petit groupe d'étudiants irlandais, fut « reçu en charité » par le Collège de Montaigu. En 1624, lorsque le Collège de Navarre devint le lieu d'accueil des Irlandais à Paris, les évêques d'Irlande adressèrent une lettre aux fidèles de France recommandant cette institution à leur charité. D'importants laïcs, dont Jean de l'Escalopier, conseiller d'état, apportèrent leurs contributions en soutenant financièrement les petites communautés de prêtres.

Copie manuscrite de la lettre patente de Louis XIV, janvier 1672
Copie manuscrite de la lettre patente de Louis XIV, janvier 1672
Feuilleter 

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.b292)

La chapelle Saint-Ephrem-le-Syriaque, située rue des Carmes dans le Ve arrondissement de Paris, marque l'emplacement de l'ancien Collège des Lombards, cédé par le roi Louis XIV à la communauté irlandaise.
La chapelle Saint-Ephrem-le-Syriaque, située rue des Carmes dans le Ve arrondissement de Paris, marque l'emplacement de l'ancien Collège des Lombards, cédé par le roi Louis XIV à la communauté irlandaise.

Wikimedia commons

Le collège devint un lieu de bienfaisance à part entière grâce aux rois Louis XIII et Louis XIV. La lettre patente de Louis XIV de janvier 1672 rappelle les difficultés rencontrées par les « pauvres prestres escoliers […] resfugiez en nostre ville de Paris ». En Irlande, les prêtres catholiques étaient persécutés, traqués, condamnés à mort ou bannis. Réfugiés en France, ils « n'avoient [pas] moyens de vivre sans ausmones ». L'intervention du roi permit enfin à la communauté de « recevoir […] dons et aumosnes » afin de subvenir à leurs besoins dans la capitale. Le droit d'acquérir le Collège des Lombards lui fut aussi accordé pour « servir de collège et d'hospice pour leurs compatriotes ».

Accord passé entre les archevêques d'Irlande et le révérend père Philip Dowley, visiteur de la province irlandaise de la Congrégation de la Missoin, concernant la direction du Collège Irlandais de Paris, 1858
Accord passé entre les archevêques d'Irlande et le révérend père Philip Dowley, visiteur de la province irlandaise de la Congrégation de la Missoin, concernant la direction du Collège Irlandais de Paris, 1858
Feuilleter

Archives du Centre Culturel Irlandais (D6.a1)

Les Lazaristes au Collège Irlandais

Jusqu'en 1858 le Collège des Irlandais fut dirigé par des prêtres diocésains envoyés par les évêques d'Irlande. Mais grâce à l'accord passé en 1858 entre l'épiscopat irlandais et les délégués de la Congrégation de la Mission en Irlande (Philip Dowley), l'administration du Collège fut confiée pour la première fois à un institut de prêtres missionnaires. Ce choix fut dicté par l'excellente réputation dont jouissait la Congrégation.

Fondée en 1625 par Vincent de Paul (1581-1660), la Congrégation se consacrait à l'évangélisation des plus pauvres dans les campagnes. A l'heure de la Révolution, elle rassemblait en France 150 établissements parmi lesquels des séminaires. Aussi à la veille de sa nomination au Collège des Irlandais, la Congrégation avait déjà tissé des liens forts avec l'Irlande, où elle était établie depuis 1839. En 1857 elle prit en charge son premier établissement en Irlande, à Dublin - la paroisse de Saint Peter's à Phibsboro - puis à Cork et Armagh. En 1888 les Lazaristes s'investirent dans plusieurs établissements éducatifs, dont St Patrick's à Maynooth, puis All Hallows College en 1892.

Portrait du Cardinal Paul Cullen St Patrick’s College Drumcondra, Co. Dublin
Portrait du Cardinal Paul Cullen St Patrick’s College Drumcondra, Co. Dublin

Extrait du site web de University College Cork

En mai 1858 soit quelques mois avant la signature de l'accord, l'archevêque de Dublin, Paul Cullen, soutint le projet de nomination des Lazaristes à la tête du Collège, certifiant qu'ils « donneraient de bons prêtres ». De fait leur nomination donna un nouvel élan à la vocation caritative de l'établissement. Selon l'article X du traité, le Recteur fut « autorisé à exercer l'hospitalité dans la mesure où la civilité et la bienséance l'exig[eaient] ».

Ainsi, sous l'administration des Lazaristes de 1858 à 1945, la communauté ecclésiastique irlandaise, jusqu'alors dépendante de la charité, atteignit un statut qui lui permit de la dispenser à son tour en Irlande et en France. Plusieurs documents de ses Archives historiques attestent que le Collège était devenu un haut-lieu de bienfaisance et de charité au cœur du 5e arrondissement parisien. Elle se mobilisa également pour le peuple irlandais, notamment lors de la « petite famine » de 1880.
L'établissement pouvait parfois accueillir plus d'une centaine de personnes et comptait à son apogée 8 professeurs, 90 élèves et 7 domestiques. Les mois ou années passés au séminaire créaient des liens forts et durables entre étudiants et enseignants, qui devinrent de généreux bienfaiteurs pour toutes les initiatives caritatives.

 Le 3 février 1862, Philip Burton reçut 4 francs à distribuer en charité
Le 3 février 1862, Philip Burton reçut 4 francs à distribuer en charité
Feuilleter 

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.d17)

Charité distribuée en novembre et décembre 1873
Charité distribuée en novembre et décembre 1873
Feuilleter  

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.d17)

Dès leur arrivée au Collège Irlandais, les Lazaristes exercèrent la charité selon leur vocation. Les livres de compte montrent combien l'institution et sa communauté ne furent jamais repliées sur elles-mêmes, s'engageant à distribuer des dons tant en France qu'à l'étranger. L'engagement renouvelé du Collège révéla l'ampleur de ses ressources humaines et l'étendue de ses réseaux de charité.

L'économe donnait régulièrement de petites sommes d'argent aux missionnaires afin qu'ils le distribuent à leur gré dans les rues de Paris ou devant les églises. Les livres de compte de l'année 1862 en témoignent. Philip Burton, Lazariste et professeur de philosophie au Collège, reçu ainsi le 3 février 4 francs à distribuer (« Mr Burton charity money »), ainsi qu'en mars. Par ailleurs, la communauté était propriétaire d'une maison de campagne à Arcueil et y faisait également des dons récurrents. Ainsi en février 1862, 4 francs 20 centimes furent offerts aux pauvres et 20 francs à la charité d'Arcueil. En 1862, le montant total des petites sommes distribuées aux Lazaristes pour leurs charités personnelles s'éleva à 62 francs 70 centimes.

Si les destinataires de ces petites aumônes restent inconnus, en revanche les archives ont gardé trace du soutien apporté par la communauté à certaines institutions locales. Par exemple le 21 novembre 1873, le Collège attribua 10 francs au curé de Montrouge et le 4 décembre il donna 25 francs au British Charitable Fund. Cette association, fondée en 1823 et placée sous le haut patronage de l'ambassade d'Angleterre, avait pour but de venir en aide, sans distinction de culte, aux Anglais de Paris vivant dans la misère.

Le 27 septembre 1862 : 50 francs dédiés à la charité en Irlande
Le 27 septembre 1862 : 50 francs dédiés à la charité en Irlande
Feuilleter   

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.d17)

25 francs versés le 1er décembre 1862 à l'attention d'une "Miss Aylward"
25 francs versés le 1er décembre 1862 à l'attention d'une "Miss Aylward"
Feuilleter    

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.d17)

Le Collège donnait aussi largement aux œuvres en Irlande. Le 20 février 1862, les Lazaristes payèrent une « souscription pour les pauvres en Irlande » de 125 francs. Plus tard, le 27 septembre, les missionnaires dédièrent 50 francs à la charité en Irlande (« charity money to Ireland »). S'il manque des précisions pour la plupart des dons, certaines souscriptions mentionnent les noms de leurs destinataires. A ce titre, l'année 1862 est sans doute la plus notable. Il y est fait mention d'un don de 25 francs versé le 1er décembre à l'attention d'une « Miss Aylward ». Cette souscription fait sans doute référence à Margaret Aylward, fondatrice d'une nouvelle congrégation religieuse à Dublin en 1857, les « Sisters of the Holy Faith », qui prenaient en charge des orphelins catholiques.

La communauté du Collège étendait sa charité au-delà des frontières de la France et de l'Irlande et jusque dans les contrées les plus lointaines. Deux souscriptions de 10 francs furent effectuées cette même année à l'attention d'un prêtre anglais (« subscription to English priest »), et d'un hospice à Calcutta (« subscription to Asylum Calcutta »). La Chine bénéficia également de la générosité des Lazaristes en novembre 1862 (« Contribution to China »).

Soutien à l'Irlande en crise

La communauté du Collège sut aussi se mobiliser pour soutenir le peuple irlandais en temps de crise.

Rapport annuel du Collège pour l’année 1879-1880 adressé par le supérieur Thomas Mac Namara aux évêques d’Irlande
Rapport annuel du Collège pour l’année 1879-1880 adressé par le supérieur Thomas Mac Namara aux évêques d’Irlande
Feuilleter

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.b110)

Un comité fut établi, réunissant l'archevêque de Paris, le clergé régulier et séculier et les fidèles. Dans le Registre d'administration et de comptabilité de1849-1890, l'entrée au 19 février 1880 précise que le « Collège envoya 1 800 francs (£ 72) au Committee to relieve the distress in Ireland [Comité de soutien à l'Irlande], dont plus de 15 livres furent données par les professeurs et le reste par les étudiants ». Suite à des récoltes désastreuses de 1877 à 1879, l'Irlande traversait cette année-là une « petite famine ». Si elle était moins grave que la « grande famine » des années 1840, elle frappait cependant l'ensemble du territoire.

A cette même époque, le Registre garde trace d'un climat particulièrement rude, mentionnant que la « Seine a gelé de sa source à son embouchure » à l'hiver 1879-1880. Malgré cela, le supérieur du Collège Thomas Mac Namara évoquait dans son Rapport annuel de 1880 la mobilisation de la communauté irlandaise de Paris pour ses compatriotes.
Lui-même reconnaissait que « l'hiver était exceptionnellement rude et long » et que les membres du Collège étaient « heureux de mettre à profit [leur] situation ici à Paris pour tendre une main secourable à l'Irlande en détresse ». Le Collège fut en effet l'initiateur d'un effort caritatif collectif, comme le racontait Mac Namara : « Nous avons entrepris d'adresser une requête au cardinal archevêque de Paris [Joseph Guibert] pour implorer son Eminence de faire appel, en notre nom, aux fidèles du diocèse, dans l'espoir que l'exemple de la capitale serait suivi dans tout le pays. Notre requête trouva Son Eminence tout disposé à nous venir en aide. »

Photographie de la Seine encore gelée après la vague de froid de décembre 1879
Photographie de la Seine encore gelée après la vague de froid de décembre 1879

Site meteo-paris.com

Pour l'Irlande : allocution prononcée dans l'Eglise de la Madeleine à Paris le 18 avril 1880 par le P. Monsabré de l'ordre des frères Prêcheurs, Paris, 1880
Pour l'Irlande : allocution prononcée dans l'Eglise de la Madeleine à Paris le 18 avril 1880 par le P. Monsabré de l'ordre des frères Prêcheurs, Paris, 1880

Archives du Centre Culturel Irlandais (E4.a4)

L'effort diocésain de Paris rassemblait plusieurs membres du clergé, dont le supérieur du Collège des Irlandais, ainsi que « les noms les plus illustres de la noblesse française » tels la princesse Amédée de Broglie, la duchesse d'Estissac, et la maréchale de Mac-Mahon. Une fête de charité fut organisée ainsi qu'un sermon public pour plaider la cause du peuple irlandais. Il fut prononcé le 18 avril 1880 en l'Eglise de la Madeleine par le dominicain Jacques-Marie-Louis Monsabré, célèbre prédicateur de Notre-Dame de Paris. Dans son allocution il évoqua la tradition de charité mutuelle entre la France et l'Irlande. Il rappela que la France « était ouverte et offrait aux proscrits irlandais une généreuse hospitalité », leur permettant de « fonder, près de nos établissements d'éducation, des séminaires et des collèges ». Il conclut : « Je prie, je conjure ceux qui m'écoutent de mettre tout leur cœur dans l'acte de charité que je leur demande. »

Portrait de Jacques-Marie-Louis Monsabré
Portrait de Jacques-Marie-Louis Monsabré

Lithographie d'après une photographie

Médiathèque intercommunale André Malraux, Lisieux

Ce discours porta ses fruits : selon le rapport de Mac Namara, la quête qui s'ensuivit procura plus de 25 000 francs, soit plus d'un millier de livres. L'exemple de la capitale fut suivi par des souscriptions nationales et d'autres évêques de France sollicitèrent à leur tour la solidarité de leurs fidèles. Une somme de 600 000 francs fut envoyée par le comité de soutien de Paris aux évêques d'Irlande. Le quotidien catholique L'Univers, quant à lui, réunit 100 000 francs grâce à un appel aux dons.

Une ambulance militaire à l'hiver 1870

Le Collège servit de refuge et d'abri pendant les guerres qui émaillèrent les 19e et 20e siècles. Les secours dispensés contribuèrent à consolider les relations franco-irlandaises.

Copie de la lettre de Charles Ouin-la-Croix au supérieur Mac Namara, pendant le siège de Paris, datée du 20 février
Copie de la lettre de Charles Ouin-la-Croix au supérieur Mac Namara, pendant le siège de Paris, datée du 20 février
Feuilleter

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.h87)

Par-delà ses murs, la communauté pouvait compter sur l'épiscopat irlandais, dont 26 évêques diocésains qui suivaient avec intérêt les affaires du Collège. Ils approuvèrent sans exception les usages du bâtiment pendant les guerres et certains s'investirent même personnellement, comme le firent les évêques de Clogher et de Tuam. L'intervention de Charles Ouin-la-Croix pendant la guerre de 1870 illustra quant à elle la collaboration franco-irlandaise qui marqua l'histoire du lieu.

Lors de la guerre franco-prussienne, de juillet 1870 à janvier 1871, Lazaristes, professeurs et étudiants furent obligés d'évacuer les locaux. Néanmoins, le Collège resta ouvert pour perpétuer sa fonction caritative. Dans sa lettre au supérieur Thomas Mac Namara datée du 20 février 1871, Charles Ouin-La-Croix, administrateur de 1859 à 1873, l'informa que le Collège avait été intégralement transformé en ambulance militaire. Cette initiative s'intégrait à l'immense effort de guerre mené à Paris. Ce fut la première ambulance financée par le Comité de la Presse. Créé suite à une souscription patriotique relayée par la presse française, celui-ci établit plusieurs hôpitaux-ambulances et annexes dans Paris. Le Collège resta disponible pour accueillir les soldats blessés de septembre 1870 à février 1871. Charles Ouin-La-Croix témoigne ici qu'une cinquantaine de « Dames pieuses et charitables » du voisinage, trois sœurs de l'Espérance et six frères de la Doctrine Chrétienne s'occupèrent d'environ 300 soldats malades et blessés.

Les caves du Collège irlandais pendant le bombardement en janvier 1871
Les caves du Collège irlandais pendant le bombardement en janvier 1871
Bombardement de Paris en 1871
Bombardement de Paris en 1871

Wikimedia Commons

Différents dons envoyés par des protecteurs et des fonctionnaires titulaires du Collège à l’Ambulance militaire du Collège, 1870-1871
Différents dons envoyés par des protecteurs et des fonctionnaires titulaires du Collège à l’Ambulance militaire du Collège, 1870-1871
Feuilleter

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.e71)

Le soutien destiné à l'ambulance militaire du Collège ne se limita pas à l'effort personnel de Charles Ouin-la-Croix et de ses nombreux collaborateurs français. Au financement largement assuré par le Comité de la Presse s'ajoutaient des dons et secours charitablement envoyés d'Irlande pour venir en aide aux soldats français soignés au Collège. Les plus grosses sommes furent versées par deux évêques irlandais : John MacHale, archevêque de Tuam, apporta 2 000 francs et son confrère l'évêque de Clogher, 1 000 francs. Les Lazaristes du Collège, quant à eux, versèrent des sommes notables. Le supérieur Mac Namara fit don de 3 287,50 francs et l'économe Thomas Murphy de 1 072 francs, auxquels furent jointes une somme de 250 francs donnée par « Monsieur Byrne, au nom des habitants [de la ville] d'Athy » en Irlande, et une autre de 25 francs par un anonyme d'Irlande. Le total de ces donations s'éleva à 7 634,50 francs.

Don de mille francs généreusement offerts et envoyés d’Irlande par Mgr James Donnelly, évêque de Clogher, à l’Ambulance militaire du Collège, 1871
Don de mille francs généreusement offerts et envoyés d’Irlande par Mgr James Donnelly, évêque de Clogher, à l’Ambulance militaire du Collège, 1871
Feuilleter 

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.e71)

Les nombreux dons permirent de couvrir les dépenses conséquentes de l'ambulance militaire, tant en ravitaillement qu'en entretien du bâtiment. Selon Charles Ouin-la-Croix, les frais de médicaments, de pansements et de nourriture se montaient chaque mois à six ou huit mille francs. Par exemple, la somme de 1 000 francs offerte par Mgr Donnelly, évêque de Clogher, permit d'approvisionner l'ambulance en denrées alimentaires et produits de nécessité. Les relevés qui en ont été conservés citent plusieurs commerçants parisiens : M. Mégissier-Soubiran fournit du vin (19 francs 35 centimes), M. Scherer vendit deux oies destinées aux convalescents (24 francs) et M. Dubuc livra du beurre et du fromage (70 francs). Les fonds permirent également de poursuivre la distribution des aumônes aux pauvres et mendiants. Sur la somme offerte par Mgr Donnelly, 112 francs 50 centimes leur furent consacrés en janvier 1871 et 61 francs en février de la même année.

La Seconde Guerre mondiale

Lettre du supérieur du Collège Patrick Travers à D.R. McDonald, secrétaire de la Légation à Vichy, 7 mars 1944
Lettre du supérieur du Collège Patrick Travers à D.R. McDonald, secrétaire de la Légation à Vichy, 7 mars 1944

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.h214)

Au cours des deux guerres mondiales la Congrégation de la Mission, avec l'approbation des évêques irlandais, affecta les locaux à diverses causes humanitaires, caritatives ou religieuses. Le bâtiment fut de nouveau évacué en 1914 au début de la Grande Guerre, avant d'héberger en 1916 une soixantaine de soldats blessés à Verdun.

Puis durant la Seconde Guerre mondiale, le supérieur Patrick Travers, personnalité majeure de l'histoire du Collège, mit ses locaux au service du pays. Il entretint une correspondance avec les évêques d'Irlande, les autorités des gouvernements irlandais et français et les ambassades d'Irlande en France et en Europe afin d'assurer la neutralité du lieu. Sa lettre, datée de mars 1944, mentionne l'autorisation qu'il donna en 1943 à la Commission de Ravitaillement de stocker des denrées alimentaires d'urgence. Il poursuivait ainsi un but « humanitaire, sans risque de compromettre la neutralité du Collège de quelque manière que ce soit ». Au total, environ trois cents tonnes de nourriture furent entreposées jusqu'au retrait des troupes allemandes de Paris en 1945. Il participa ainsi à la défense passive, consacrée à la protection des populations en temps de guerre.

Lettre du Cabinet du Maire du Ve arrondissement au supérieur du Collège, Patrick Travers, 19 février 1945
Lettre du Cabinet du Maire du Ve arrondissement au supérieur du Collège, Patrick Travers, 19 février 1945
Feuilleter

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.n1)

En 1945, à l'instar d'autres établissements parisiens, le Collège fut sollicité pour servir de centre d'hébergement provisoire aux prisonniers de guerre français et étrangers rapatriés en France après la Libération. Travers répondit favorablement à la demande du maire du Ve arrondissement et témoigna plus tard qu'il avait accepté cette contribution « à condition que certaines réparations soient effectuées aux installations électriques et de plomberie ». Si les dates restent imprécises, le Collège semble avoir tenu ce rôle pendant six mois environ. Il reçut très peu de prisonniers français mais des prisonniers hollandais y logèrent deux semaines, suivis d'un groupe d'officiers polonais qui y séjournèrent trois semaines.

Lettre du brigadier général Frank A. Allen au supérieur du Collège, Patrick Travers, 10 décembre 1945
Lettre du brigadier général Frank A. Allen au supérieur du Collège, Patrick Travers, 10 décembre 1945
Feuilleter

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.n2)

L'armée américaine rencontra à son tour des difficultés pour loger les ressortissants américains déplacés. En juillet 1945, Travers lui proposa alors gracieusement l'ensemble des parties habitables du bâtiment et une centaine de réfugiés s'y succédèrent du 18 juillet au 6 décembre 1945. A la fin de l'année, l'inventaire des dommages constatés dans le Collège fait état de multiples dégâts dont 50 vitres, 20 cruches d'eau, 20 lavabos et 40 porte-savons brisés. Par ailleurs, Travers signala aux autorités le vol d'une photographie dans l'une des salles des professeurs. L'incident fut rapidement clos : dans une lettre du 10 décembre 1945, le commandant américain Frank A. Allen mentionne qu'il a « donné l'ordre que ces dommages soient pleinement réparés et avec toute la diligence nécessaire ». Il poursuit en louant l'action charitable des autorités catholiques d'Irlande : « Je saisis cette occasion pour exprimer à nouveau aux évêques irlandais par votre entremise, la sincère et profonde gratitude de l'armée américaine pour la générosité avec laquelle ils nous ont accordé l'usage du Collège comme centre pour personnes déplacées se réclamant de la citoyenneté américaine. Les locaux ont été parfaits à cet effet. »

Conclusion

Mac Namara, Burke, Murphy, Logue, Kelleher, Campbell, Byrne
Mac Namara, Burke, Murphy, Logue, Kelleher, Campbell, Byrne

Archives du Centre Culturel Irlandais (A2.o1)

Depuis ses origines, mais plus particulièrement sous l'administration des Lazaristes, le Collège des Irlandais fut plus qu'un simple séminaire. La Congrégation, outre ses qualités d'enseignement, sut faire vivre en ces lieux un réel esprit de charité.

D'après Charles Ouin-la-Croix, « L'ambulance [de 1870] a rendu autant de services que le Collège lui-même a pu lui en rendre. Le Collège en faisant le bien s'en faisait a lui-même. »
La décision par la direction du Collège d'ouvrir ses portes lui permit de conjuguer sa mission d'hospitalité et ses intérêts. En offrant ses locaux à des causes caritatives et humanitaires, elle préservait un aspect essentiel du ministère de la Congrégation. Par la même occasion, elle se prémunissait d'une éventuelle réquisition militaire et assurait son intégrité dans les circonstances instables de la guerre.

Grâce à cette exposition, des documents uniques des Archives historiques conservés au Centre Culturel Irlandais font ressurgir des pans entiers de l'histoire du Collège jusqu'ici peu connus.

 

Responsabilité scientifique : Sean Alexander Smith
Chercheur post-doctorant, Vincentian Studies Institute, De Paul University, Chicago
Boursier du Centre Culturel Irlandais, 2013